Espagne, Europe, Lanzarote, Travel

Lanzarote (Canaries) : 5-7 jours sur l’île aux volcan

4 février 2019

Lanzarote en 5-7 jours

Mon mari, notre fille de 20 mois et moi avons passé une semaine à Lanzarote début janvier et c’était MA-GIQUE ! Cette île, située tout à l’est de l’archipel des Canaries, se trouve à environ 4 heures de vol de Paris et c’est le dépaysement assuré, surtout en plein hiver. Nous sommes tombés sous le charme de ses incroyables paysages volcaniques et de ses belles plages et nous avons bien sûr fait le plein de soleil. Il faut beau et doux ou chaud toute l’année à Lanzarote, un vrai bonheur ! Nous sommes partis du 3 au 10 janvier et nous n’avons jamais eu moins de 18-20 degrés dans la journée (au soleil nous avions rarement besoin de pulls). La fraîcheur des matinées et des soirées reste agréable, il faut juste prévoir de quoi se couvrir un peu plus.

Vous êtes plusieurs à m’avoir demandé sur Instagram si je prévoyais de publier un article sur Lanzarote et à me poser des questions pratiques. Ce long article m’aura demandé plusieurs heures de travail mais j’ai réussi à vous préparer, entre deux cours à la fac ou deux sessions de rédaction de thèse, un long post sur ce voyage de rêve, en profitant que mes souvenirs soient encore tout frais. Je vous propose donc de découvrir notre itinéraire en images. Nous avons eu 6 jours pleins sur place (mais je passerai très rapidement sur le premier jour, le vendredi 4, car mon mari m’avait offert un super massage à 11h puis nous n’avons fait que profité de la plage et de la chouette maison que nous avions louée,). Allez, vous me suivez ?

Lanzarote

4 bonnes raisons d’aller à Lanzarote :

1. Il y fait beau toute l’année : températures clémentes et soleil garantis !

2. Volcans et randonnées, plage et farniente, visites culturelles, petits villages pittoresques :
il y en a pour tous les goûts.

3. EasyJet propose des vols directs (environ 4h) à des prix tout à fait corrects
(environ 250 € pour 3 en janvier. Olivia avait son propre siège et était assise sur le  siège auto qu’on avait emmené).

4. C’est une destination rêvée, que vous y alliez en couple, entre amis ou en famille.

[NB : Lanzarote est très kids-friendly : les deux endroits où nous avons logés avaient des lits bébé et il y avait des chaises hautes dans tous les restaurants que nous avons testés.  Nous avons également trouvé assez facilement des tables à langer dans les cafés et restaurants et ce fut très facile de faire le plein de petits pots/produits bio dans les supermarchés. Comme toujours, voyager avec Olivia nous a permis de rentrer en contact super facilement avec les locaux !]

JOUR 1 : MASSAGE ET FARNIENTE

Comme je vous le disais plus haut, je vais passer rapidement sur notre arrivée (installation, sieste d’Olivia et courses chez Eurospar (pour faire notamment le plein de petits pots et de compotes) ainsi que sur le premier jour « plein » de notre séjour : nous avons en effet surtout profité de notre maison louée sur Airbnb (je vous la recommande, Susana est adorable et la maison est bien placée, agréable et fonctionnelle, avec vue sur la mer) ainsi que de la plage de Costa Teguise, juste à côté du salon de massage où j’avais pu profiter d’une heure de détente. Je vous conseille d’ailleurs ce salon les yeux fermés : Sandra, une française installée à Lanzarote depuis 23 ans, est super et j’ai adoré la sensation sur la peau des pierres volcaniques chaudes dont elle se sert parfois. Le midi, nous avons déjeuné au restaurant Peskera, c’était bon !

Lanzarote avec un bébé de 20 mois

 plage de Costa Teguise

plage de Costa Teguise

JOUR 2 : PARC NATIONAL DE TIMANFAYA & VOLCAN EL CUERVO

Le parc national de Timanfaya est LA visite incontournable de Lanzarote. Pour éviter de nous retrouver parmi les foules de touristes, nous avons décidé de nous y rendre à l’ouverture, à 9h. Départ de notre Airbnb vers 8h30 et au bout d’une dizaine de minutes… pfiou, les yeux ! Nous avons parcouru des routes d’une beauté époustouflante, au coeur de coulées de lave et des cônes volcaniques. Il est possible de visiter une partie du parc à dos de dromadaire. Ce n’est pas quelque chose que je cautionne et nous nous sommes simplement arrêtés rapidement sur le parking dédié pour observer les dizaines de dromadaires attendant en file indienne l’ouverture officielle du site et l’affluence des touristes…

8h50 : nous étions fin prêts à entrer dans le parc et nous attendions sagement que les grilles s’ouvrent. Il n’y avait que deux voitures devant nous et quelques autres sont arrivées après nous juste avant l’ouverture mais il n’y avait pas (encore) foule. L’entrée coûte 10 € par adulte. Gros bémol par contre : la visite se fait… en bus, avec une bande son proposant des explications en espagnol, anglais et allemand. Il faut compter environ 45 minutes. Nous le savions mais c’est quand même hyper frustrant. Nous avons malgré tout pu profiter des emblématiques et impressionnantes « Montañas del Fuego ».

Le paysage est désertique, sombre, stupéfiant. Presque lunaire. Difficile d’imaginer que cette partie de l’île fut un jour recouverte de villages et de terres arables, avant que les éruptions historiques de 1730-1736 ne viennent complètement transformer le paysage et ensevelir les traces de ce lointain passé. Aujourd’hui, seuls quelques insectes et reptiles peuvent y survivre. Derrière les vitres, le spectacle est grandiose.

Tip : J’avais vu que quelques rares chanceux, en s’y prenant à l’avance, pouvaient réserver des randonnées dans le parc. Avec Olivia, ce n’était pas une option envisageable mais cela peut être une piste à creuser si vous prévoyez un séjour à Lanzarote !

Parc national de Timanfaya

Parc national de Timanfaya

Parc national de Timanfaya, Lanzarote

À certains endroits du parc, la température atteint les 400° à seulement deux mètres de profondeur ! Près du centre des visiteurs, des démonstrations permettent de se faire une idée de cette incroyable activité volcanique. Toutes les 5-10 minutes, des employés du parc font en effet brûler de la paille dans les entrailles du volcan puis jettent des seaux d’eau dans de gros tuyaux pour créer des mini geysers, c’est vraiment amusant.

Il était trop tôt pour goûter à la viande du restaurant El Diablo (nous sommes repartis du parc un peu avant 11h), mais si vous êtes là-bas à la bonne heure, cela peut valoir le coup car elle est cuite à la chaleur du volcan ! Nous avons tout de même pris le temps d’admirer l’architecture du lieu, que l’on doit à César Manrique. Je vous reparlerai plus tard de cet artiste-architecte si important à Lanzarote.

Restaurant El Diablo

Après un retour à la maison pour déjeuner (et une mini sieste pour Olivia), nous sommes repartis en milieu d’après-midi vers le volcan El Cuervo. Depuis le petit parking dédié sur la LZ-56, ce volcan très noir, charbonneux, non loin du parc national de Timanfaya (dans le « Parque Natural de Los Volcanos »), n’est qu’à une dizaine de minutes de marche et il est ensuite possible de faire le tour du volcan, ce qui prend à peine une heure. Je vous conseille vraiment cette petite randonnée sans difficulté particulière, les paysages sont incroyables. Olivia s’est rendormie une demie-heure en porte-bébé, contre son papa, et nous avons profité qu’elle se réveille en pleine forme pour la faire courir sur le chemin. Elle a adoré ! Retour en porte-bébé (face au monde, ce qui n’est pas très physiologique mais c’est la seule façon pour qu’elle reste en porte-bébé une fois réveillée) pour la dernière partie de la marche. Nous nous sommes un peu dépêchés sur la fin car il faisait de plus en plus frais.

Volcan El Cuervo, Lanzarote

 

Lanzarote avec des enfants

Nous en avons vraiment pris plein les yeux pendant cette mini randonnée, pendant laquelle nous n’avons croisé qu’une poignée d’autres marcheurs. C’était parfait pour combler la frustration que nous avait laissé la visite en bus du parc de Timanfaya !

Pour info, la Montaña Colorada, un autre volcan dont on peut faire le tour (en une heure également), se situe juste en face et, selon l’heure de votre visite, cela peut valoir le coup de combiner les deux. Il était trop tard pour nous, le soleil se couchait, mais nous y sommes retournés le lendemain, notre maison n’était pas très loin. Ce soir-là, un peu après 18h, nous avons fait la route du retour sous un ciel aux couleurs incroyables…

JOUR 3 : TEGUISE, CALETA DE FAMARA &  MONTAÑA COLORADA

Nous avions lu dans notre guide (le Petit Futé, il me semble) que le dimanche était le jour parfait pour visiter le village de Teguise, l’ancienne capitale de Lanzarote. J’avais hâte de découvrir ses ruelles aux portes colorées et son marché, que le guide disait très sympa. Pour tout vous avouer j’ai été vraiment déçue d’avoir suivi ce conseil car il y avait énormément de monde vers 10-11h, des voitures étaient garés un peu partout et cachaient les jolies portes (notamment celles de la rue Santo Domingo) et le marché en lui-même n’était pas du tout authentique (presque pas de produits alimentaires et beaucoup de babioles made in China…). Nous avons malgré tout trouvé quelques endroits agréables dans la ville, grâce à son architecture typique canarienne, mais, si j’avais un conseil à vous donner : évitez le dimanche pour visiter Teguise !

Autres villages sympa d’après les guides et les blogs que j’avais consultés : Haria, dans la fameuse vallée des 10 000 palmiers, et Yaiza. Nous avons choisi de ne pas y aller et de privilégier la nature, ce sera peut-être pour une prochaine fois !

Teguise, Lanzarote

Parroquia de Ntra Sra de Guadalupe de Teguise

Teguise, Lanzarote

Teguise, Lanzarote

Après cette balade plutôt sympa malgré tout, nous sommes partis vers la Caleta de Famara pour manger un bout et passer un peu de temps sur cette plage assez sauvage, près de dunes et de falaises surplombant la mer. Amateurs de (kite-)surf, c’est LE spot pour vous ! Sur les conseils d’un copain, nous avons déjeuné au restaurant El Chiringuito, c’était vraiment bon. Nous avons ensuite passé un long moment sur le sable, à profiter de la mer et des vues magnifiques, sur l’île de la Graciosa notamment. À en croire les photos d’Amélie et Benjamin, aka Hellolaroux, la plage est particulièrement magnifique au coucher du soleil !

Restaurant Chiringuito

Caleta de Famara, Lanzarote

Après cette pause agréable, nous avons décidé de retourner sur la LZ-56, dans le « Parque Natural de Los Volcanos », pour aller voir cette fois la Montaña Colorada, située juste en face du volcan El Cuervo (celui dont nous avions fait le tour la veille). C’est un volcan de type strombolien et on aperçoit au cours de la balade une sorte de gros rocher noir qui est en fait une bombe volcanique, un énorme fragment de lave projeté par le volcan pendant une éruption. C’est impressionnant ! Nous ne nous sommes pas approchés trop près car il est indiqué sur les panneaux explicatifs qu’il est interdit de s’éloigner du chemin, pour respecter cet environnement fragile et protégé.

Montaña Colorada, Lanzarote

Bombe volcanique

JOUR 4 : JARDIN DE CACTUS, MIRADOR DEL RIO & PLAYA QUEMADA

En ce quatrième jour, nous avions décidé d’aller vers le Nord de l’île. Nous avons commencé la journée par le Jardin de Cactus, imaginé par Cesar Manrique dans une ancienne carrière à Guatiza. Des centaines d’espèces y sont présentes, regroupées en 13 familles de cactus. J’ai beaucoup aimé me promener dans les allées de cet immense « jardin » et découvrir des cactus tous plus incroyables et amusants les uns que les autres. L’architecture du lieu, en forme d’amphithéâtre, est impressionnante elle-aussi. Vous verrez sur mes photos que Manrique a pensé à chaque détail : même les toilettes sont originales !

Cactus-Manrique

Jardin de Cactus, Lanzarote

Cactus

Cactus-Lanzarote

Jardin de Cactus, Lanzarote

Après une pause dans le joli café du Jardin de Cactus, nous sommes partis vers le Mirador del Rio, conçu lui aussi par Cesar Manrique (et oui, encore lui ! Je vous parlerai de cet homme qui a tant marqué l’île un peu plus bas). Nous avons fait une pause en chemin dans la bodega Los Almacenes, où nous espérions trouver des produits un peu originaux mais ils avaient à peu près les mêmes choses que dans plusieurs des boutiques que nous avions vues dans les lieux touristiques. Nous sommes quand même repartis avec deux pots de confiture cactus-aloé, qu’on a pu goûter là-bas et qui était très bonne.

L’entrée au Mirador del Rio est payante (et pas donnée) mais la vue panoramique est magnifique. On voit notamment très bien l’île de La Graciosa. Nos photos ne rendent pas grand chose car nous n’y étions pas à la meilleure heure ni le meilleur jour, mais le lieu est vraiment chouette. Comme dans chaque lieu conçu par César Manrique, l’architecture est pensée de façon à ce qu’il se fonde dans le paysage volcanique. Nous avons mangé sur le pouce dans le café du Mirador, en admirant la vue magique depuis les grandes baies vitrées.

Bodega Los Almacenes

Mirador del Rio, Lanzarote

Nous souhaitions aller ensuite visiter les Jameos del Agua et/ou la Cueva de los Verdes mais Olivia était fatiguée et s’est endormie en voiture. Nous avons préféré rentrer la coucher pour qu’elle poursuive sa sieste tranquillement, d’autant que ce n’était pas des visites que nous tenions absolument à faire. En milieu d’après-midi, nous sommes simplement repartis nous promener  et prendre un verre vers la Playa Quemada, une plage de galets tout près de notre maison.

Playa Quemada, Lanzarote

JOUR 5 : PLAYA DE PAPAGAYO & FONDATION CESAR MANRIQUE

La plage de Papagayo est l’une des plus connues de l’île, et aussi l’une des plus belles. L’entrée au parc donnant accès aux différentes plages du sud (Papagayo, Mujeres, del Pozo) coûte 3 € par véhicule puis il faut suivre une route caillouteuse (pas très agréable, ça secoue un peu !) pendant quelques minutes jusqu’au parking. Sur la plage, le bleu de la mer ressort de façon particulièrement puissante dans les paysages volcaniques du sud de l’île. La végétation est inexistante ou presque. Un chemin permet de monter sur les petites falaises surplombant la plage. Là-haut, le vent souffle fort et la vue est magnifique.

Nous avons profité de la plage pendant deux bonnes heures, c’était doux, il faisait beau. À mesure que la matinée passait, il y a eu de plus en plus de monde mais c’est resté très raisonnable, nous n’avons jamais eu l’impression d’être les uns sur les autres. Nous avons recroisé l’adorable famille italienne que nous avions vu la veille au café du Jardin de Cactus, c’était super amusant ! Nous avons tous déjeuné au restaurant Chiringuito qui surplombe la plage. La vue était belle, les assiettes simples mais goûteuses.

Plage de Papagayo, Lanzarote

Plage de Papagayo, Lanzarote

Lanzarote avec des enfants

En repartant, j’étais toute contente car ce jour-là nous changions de logement : nous avons en effet passé les deux dernières nuits de notre séjour au Buenavista Lanzarote Country Suites. J’avais découvert l’hôtel sur le blog de Hello La Roux et je dois dire que c’est l’un des plus beaux que nous ayons jamais fait ! Je vais y consacrer tout un article car ce fut un vrai coup de coeur. Nous avions réservé via Booking.com et avions lu que l’hôtel n’accueillait pas les enfants mais nous avons réservé avec annulation gratuite, au cas où, et avons contacté directement les propriétaires. Non seulement ils ont accepté qu’Olivia séjourne à l’hôtel mais ils ont aussi fourni un lit bébé, c’était parfait.

Buenavista Lanzarote

Buenavista-Lanzarote-Country-Suites

Après la sieste d’Olivia, nous sommes partis visiter la Fondation César Manrique. Nous avions envie d’en apprendre plus sur cet artiste-architecte qui a tant marqué l’île. Cette fondation se trouve dans la maison-studio qu’il a conçue après son retour de New York et qu’il a habitée entre 1968 et 1988. Pendant les mois qui y ont précédé sa mort, il avait déjà prévu que cette maison devienne un musée. Elle se trouve au milieu d’une coulée de lave provenant des fameuses éruptions qui secouèrent l’île en 1730 et 1736. Comme dans tous les autres lieux conçus par Manrique à Lanzarote, le bâtiment se fond élégamment et respectueusement dans la nature environnante. Manrique a joué astucieusement avec les bulles volcaniques naturelles et les tunnels de lave pour installer d’amusants salons. Nous avons vraiment beaucoup aimé la visite !

Fondation César Manrique, Lanzarote. Photo : Les Jolis Mondes

Fondation César Manrique

Après notre visite, nous sommes passés goûter les vins de la bodega La Geria, juste à côté de notre hôtel. Nous n’avons dans l’ensemble pas trop aimé les vins rouges de Lanzarote mais nous avons beaucoup apprécié les vins blancs (surtout le vin blanc sec bio de La Geria). C’est un chouette cadeau à ramener de l’île. Pour info c’est beaucoup moins cher sur place qu’à l’aéroport mais il faut bien sûr pouvoir mettre la/les bouteille(s) dans une valise en soute et c’est toujours un peu risqué. On avons ramené deux bouteilles, l’une achetée à l’aéroport de Lanzarote pour mes beaux-parents, qui venaient nous chercher à Charles de Gaulle au retour, et une autre pour nous, celle que l’hôtel Buenavista nous avait offert le deuxième jour. Cela nous a permis de prolonger un peu le voyage à Paris (la bouteille ne s’était pas cassée, ouf !).

Il est possible de faire une visite guidée au coeur des vignes, ça doit être beau et intéressant ! Les murets de pierres semi-circulaires qui protègent les pieds de vignes du vent rendent les paysages viticoles de Lanzarote incroyables.

Jour 6 : Salinas de Janubio, Hervideros, Charco de los Clicos et Caldera Blanca

La matinée de notre 6ème jour a été consacrée à une magnifique portion de la côté ouest de l’île, qui rassemble les Salinas de Janubio, Los Hervideros et le Charco de Los Clicos. Premier arrêt rapide : le petit parking qui offre une jolie vue sur les salines de Janubio.

Puis direction Los Hervideros un peu plus au nord, des cavités creusées par la mer dans la roche volcanique. Le panorama est magnifique car on aperçoit au loin plusieurs des volcans du parc national de Timanfaya. Les vagues s’engouffrent avec fracas dans ces cavités volcaniques aux reliefs saisissants, c’est impressionnant ! De petits sentiers aménagés permettent d’obtenir différents points de vue sur Los Hervideros.

Nous avons ensuite repris la voiture pour monter jusqu’au village d’El Golfo et au Charco de Los Clicos. Cette petite lagune doit sa couleur verte aux algues qui s’y trouve. On ne peut pas descendre la voir de près et il faut se contenter du point de vue en hauteur où s’amassent les touristes… Nous ressentons encore une fois une certaine frustration et ne restons pas très longtemps, même si le paysage, avec ses couleurs contrastées, est très beau. Nous sommes allés déjeuner au bord de la mer au restaurant Costa Azul, c’était vraiment bon et la vue était très apaisante.

Nous sommes rentrés à l’hôtel pour la sieste d’Olivia. Nous avions prévu de repartir en milieu d’après-midi et de monter sur la cratère de la Caldera Blanc mais la sieste d’Olivia a duré bien plus longtemps que ce qu’on pensait. Lorsqu’elle s’est réveillée, il était déjà 17h. J’avais lu sur le blog d’Amélie et Benjamin, Hello La Roux, qu’une route permettait de se rapprocher du volcan, qui est normalement accessible après 1h30 de marche depuis le parking situé près du village de Mancha Blanca (on a vite fait le calcul : nous n’avions clairement pas 3h devant nous avant le coucher du soleil !). Les informations d’Amélie n’étaient pas très précises mais nous avons décidé de nous lancer malgré tout et, après avoir un peu tâtonné, nous avons réussi à nous garer juste ici (la dernière portion de « route » était très caillouteuse en revanche, vous êtes prévenus. Vous pouvez voir le chemin en passant en mode satellite).

Nous avons ensuite marché vite car il était 17h40, le soleil descendait rapidement et nous avions peur de devoir faire demi-tour avant de voir le cratère ou, pire, de devoir faire la marche retour dans le noir, avec nos téléphones en guise de lampes torches… Avec une petite puce de 20 mois, nous n’étions pas très rassurés. Mais c’était grisant aussi, l’adrénaline était à son comble ! Il y a des moments comme ça où on se sent pleinement vivants. Nous avons eu un peu de mal à trouver le sentier qui montait vers le cratère (il n’est pas très bien indiqué…) mais nous avons rencontré un charmant couple de randonneurs qui nous a montré le chemin (on les aperçoit d’ailleurs sur une des photos ci-dessous, saurez-vous les trouver ?). Nous étions au milieu d’un champ de lave, tout était très noir, c’était fou ! Au loin, des volcans majestueux se dessinaient, leurs couleurs réchauffées par la lumière du soir. Nous avons marché vite pour monter en haut du cratère. Je m’arrêtais de temps en temps pour prendre des photos, complètement éblouie par les paysages qui nous entouraient.

Lanzarote, champ de lave

Là-haut, le panorama est absolument incroyable. Les photos ne rendent pas justice au lieu, à l’immensité du cratère, à la profondeur du trou qui se dessine au milieu du volcan. Comme lorsque nous avons surplombé Horseshoe Bend aux Etats-Unis, nous n’avions plus aucune notion des tailles et des distances, nous ne savions plus ce qui était près ou loin, grand ou petit. C’est le genre d’expérience qui donne une vraie leçon d’humilité, une expérience « humbling » diraient les anglo-saxons.

Caldera Blanca, Lanzarote

Nous avons profité quelques minute du spectacle étourdissant. Si vous avez plus de temps, vous pouvez bien sûr marcher sur les hauteurs du cratère pour profiter de plusieurs points de vue. Nous avons fait le chemin du retour aussi vite que la montée car le soleil se couchait à présent. Nous sommes arrivés à notre voiture dans la pénombre à 18h45, c’était tout juste !

Et voilà, ce fut notre dernière journée à Lanzarote. Le lendemain, nous prenions l’avion en fin de matinée et avons quitté notre magnifique hôtel à contre-coeur après avoir profité de délicieux petit-déjeuner. Lanzarote fut un vrai coup de coeur et cette escapade au milieu de l’hiver parisien nous a fait un bien fou. Je ne peux que vous conseiller cette île au mille volcans, que vous souhaitiez partir en couple, entre amis ou en famille.

Est-ce que cet article vous a plu ?
Connaissez-vous Lanzarote ?
Si oui, avez-vous aimé découvrir cette île ?
Si non, est-ce une destination qui vous fait envie ?
N’hésitez pas si vous avez des questions spécifiques sur des choses que je n’ai pas abordées, je ferai au mieux pour vous répondre !

You Might Also Like

11 Comments

  • Reply Anne - le dressing idéal 4 février 2019 at 10:42

    Je me suis régalée avec tes photos ! Nous partons à Lanzaorte fin février et il me tarde de découvrir ce joyaux espagnol ! Tes images me font vraiment rêver, les couleurs sont si belles et les paysages tellement époustouflants !! On part en amoureux mais quand je vois les photos d’Olivia je me dis que peut-être la destination aurait pu plaire aux enfants… Une autre fois peut-être :)

    PS : pas pu réserver à l’hôtel Buenavista, il était malheureusement déjà complet… dommage !

  • Reply DeboBrico 4 février 2019 at 10:54

    Nous étions à Fuerteventura la semaine dernière (juste à côté). Juste à deux en amoureux
    Nous avons eu un gros coup de coeur, nous nous sommes promis de revenir l’an prochain en famille cette fois, peut etre à Lanzarote pour changer. Donc ton article me motive dans ce choix
    Si tu veux voir quelques paysages de Fuerteventura, ça se ressemble pas mal apparemment. http://debobrico.com/2019/02/01/fuerteventura-en-amoureux-4-jours-en-janvier/

  • Reply TROTTEURS ADDICT 4 février 2019 at 12:42

    Ton article nous a replongé dans notre voyage ! Lanzarote fut une belle découverte et une parenthèse appréciée en hiver
    Merci pour tes jolies photos !

  • Reply Cosmic Sam 4 février 2019 at 14:19

    De magnifiques photos et des paysages tellement impressionnants! ça me donne très envie de découvrir les Canaries!

  • Reply Loraine 4 février 2019 at 15:20

    Je n’ai encore jamais été à Lanzarote mais je compte y aller début septembre avec mon chéri, cet article me sera bien utile pour planifier mon voyage alors un grand merci ! :)

  • Reply Morgane 4 février 2019 at 15:20

    J’ai vraiment très envie d’aller à Lanzarote depuis quelques temps et ton article et tes superbes photos me donnent encore plus envie ! :) Merci pour le partage et le détail de ton séjour :)

  • Reply Promenade Minimaliste 4 février 2019 at 19:16

    J’ai été à Fuerteventura l’an dernier, et tes photos me donnent très envie de découvrir Lanzarote.
    Qui semble mystérieuse…

  • Reply Amélie 4 février 2019 at 20:01

    hahah pour la Caldera Blanca j’aurai du prendre les coordonnées gps parce qu’on a trouvé le chemin un peu au hasard aussi finalement (oups) !
    En tout cas ravie, vraiment, que vous soyez allés au Buenavista (que bébé Olivia ai pu profité de ça aussi bébé chanceuse :) ! Moi aussi c’est l’un de mes hôtels préférés à ce jour, un cadre magnifique, un design épuré, de belles matières, des baies vitrées .. je rêve d’avoir les mêmes chez moi !

    Merci pour ces flashbacks <3 j'ai adoré Lanzarote et merci pour les petits clins d'œil, ça fait super plaisir ;)
    xx

  • Reply Mademoisellevi 5 février 2019 at 09:23

    Les photos sont superbes
    C’est une destination qui ne me faisait pas envie
    Mais je dois dire que tu la vends très bien
    Et qu’il semblerait qu’elle soit un peu victime de clichés
    Je vais peut être me laisser tenter!

  • Reply Julia 5 février 2019 at 11:55

    Olala, que ça donne envie ! J’avais déjà vraiment envie de découvrir Lanzarote mais alors là… Vos photos sont superbes et ton article super complet et détaillé ! Un grand bravo :)

  • Reply Legros carole 6 février 2019 at 14:09

    Très bel article qui donne vraiment envie d’aller là bas. Les photos sont magnifiques !

  • Leave a Reply