Culture, Musique

L'indie folk mélancolique de William Fitzsimmons

26 avril 2016

William Fitzsimmons

Photo : Erin Brown.

Connaissez-vous le chanteur américain William Fitzsimmons ? C’est mon frère qui me l’a fait connaître il y a deux ans, quand il préparait une chanson pour notre mariage (nous avions demandé à mon amie Lissia et à mon frère de chanter un morceau chacun pendant la cérémonie laïque). Il a choisi la magnifique Centralia, qui a depuis un sens particulièrement fort pour nous. William Fitzsimmons était en concert à Paris mercredi dernier aux Trois Baudets, près de Pigalle. C’était un magnifique moment, plein d’émotions et d’authenticité. Il a vraiment une voix incroyable, enchanteresse. On a beaucoup ri aussi car, ses chansons ont beau être très mélancoliques, il est vraiment drôle ! Il jouait avec Abby Gunderson, qui l’accompagnait au violon, au chant et au clavier. Sa présence apporte vraiment quelque chose et leurs deux voix s’accordent à merveille. Nous avons aussi beaucoup aimé la première partie, assurée par Ciaran Lavery, un chanteur irlandais. Nous sommes allés voir les artistes à la fin du concert (Abby Gunderson n’est malheureusement pas venue dans le hall) et, comme on pouvait s’y attendre, ils sont super cool en plus d’être talentueux. Il y a quelque chose de vraiment touchant dans la gentillesse, l’humilité et l’humour de William Fitzsimmons. Allez, trêves de bavardages, place à la musique.

 On commence bien sûr par Centralia, celle par laquelle tout a commencé, qu’il a chantée pendant le rappel 🙂

Voici quelques unes des chansons que j’ai découvertes par la suite :





Comme il l’a expliqué pendant le concert, cette dernière chanson fait partie de l’album Pittsburgh dédié à sa grand-mère maternelle, Virginia, qu’il a perdue en 2014. Son dernier EP est, quant à lui, dédié à sa grand-mère paternelle : « Charleroi est la seconde moitié de l’histoire Pittsburgh. L’album Pittsburgh parlait de la grand-mère que je connaissais. Charleroi parle de celle que je n’ai jamais connue. » Cette dernière, Thelma, avait laissé son fils, atteint de la coqueluche, à l’hôpital et avait dit au reste de la famille qu’il y était mort. Le père de William a finalement été adopté par un médecin.

Voici deux chansons de Ciaran Lavery, qui assurait la première partie et dont nous avons beaucoup aimé la musique aussi :


William Fitzsimmons :

Site internetChaîne Youtube – Page Facebook Compte Twitter

Discographie :

Until When We are Ghosts, 2005
Goodnight, 2006
The Sparrow and the Crow, 2008
Live From the Downtown Studios, 2009
Derivatives, 2010
Gold in the Shadows, 2011
LIONS, 2014
Pittsburgh, 2015
Charleroi, 2016

Avec William Fitzsimmons

Ciaran Lavery :

Site InternetSoundCloudChaîne Youtube – Page Facebook  Compte Twitter

Discographie :

Not Nearly Dark, 2013
Kosher
, 2014
Let Bad In, bientôt !

À vous la parole !

Que pensez-vous de la musique de William Fitzsimmons ? La connaissiez-vous ?
Et celle de Ciaran Lavery ?

You Might Also Like

5 Comments

  • Reply carole 27 avril 2016 at 13 h 56 min

    Merci Sarah pour cette jolie découverte, musique fine et tendre… J’ai particulièrement aimé « beautiful girl » et les somptueuses images du clip, la jeune femme est attachante et lumineuse.

    • Reply Les Jolis Mondes 28 avril 2016 at 9 h 01 min

      Oui je suis tout à fait d’accord avec toi, j’ai trouvé ce clip particulièrement beau !! Merci pour ton petit mot ♥

  • Reply Julia 27 avril 2016 at 20 h 51 min

    Ah, trop cool cet article 🙂 J’aime toujours beaucoup depuis que Mathieu nous a fait découvrir ! La chance d’être allé le voir en concert 🙂

    • Reply Les Jolis Mondes 28 avril 2016 at 9 h 02 min

      Oh oui c’était vraiment un très beau moment ! Toi aussi tu as Centralia dans tes playlists ? 😉

      • Reply Julia 2 mai 2016 at 10 h 41 min

        Centralia of course et Beautiful Girl aussi 🙂

    Leave a Reply

    x Close

    Like Us On Facebook